RVT-Historique
      
Le train touristique du Pays des Fées et de l'absinthe

                           

 
   

 




Bienvenue à bord de nos trains réguliers :

Horaires et prix   ici
Offres spéciales 
ici
Nos circulations 
ici




Balade à bord de la voiture restaurant "Charles-Edouard Guillaume"
et visite du parcours historique de Fleurier, le village des deux prix Nobel
Offre spéciale  ici

 



Trains spéciaux pour groupes, fêtes de famille, repas d'anniversaire, etc. !
Autres infos  ici  

Exemples de programmes :
cliquer  ici

 


La boutique de
RVT-Historique
- cartes postales
- modèle réduit
- DVD

cliquer 
ici

 


Voiture restaurant
avec brunch ou
petit déjeuner servi
à bord !
plus d'infos  ici

 

 

Un peu d'histoire en photos !     
ici
 
 
 
 

 Voiture restaurant-bar
"Charles-Edouard Guillaume"

   
 

  Détails sur la voiture restaurant-bar           Promenade historique "Fleurier au fil du temps"

   
 

Offre spéciale avec repas de midi servi à bord de la voiture restaurant

   
   
 

Cette voiture de type SR 5937 a été mise en service en 1955 par les CFF.

Après 30 ans d’exploitation, elle a été vendue à la compagnie Orbe-Chavornay.

Cette compagnie l’a transformée en wagon restaurant-bar
et l’a exploitée durant plus de 20 ans.

   
 

Cliquer sur les photos pour les agrandir !

 
 

L’association RVT-historique en a fait l’acquisition en 2007 et la voiture a ainsi retrouvé la ligne du Val-de-Travers, sur laquelle les CFF l’avaient autrefois engagée.

   
 

Désireuse de rendre hommage à un personnage marquant de l’histoire régionale,
l'association RVT-historique a décidé de baptiser cette voiture du nom de Charles-Edouard Guillaume.
 

 
En inventant les alliages invar et élinvar, l’éminent chercheur fleurisan n’a pas seulement apporté une contribution déterminante au développement de l’horlogerie de précision.
 
Il a aussi offert à son village et à sa région un rayonnement international en obtenant le Prix Nobel de physique en 1920.
Autres détails  ici
 
   
 

Le "baptême" a eu lieu le samedi 12 juin 2010 en même temps que le vernissage de la promenade historique  "Fleurier au fil du temps" , en présence de la Conseillère d'Etat
Gisèle Ory, de la conservatrice du Musée régional du Val-de-Travers, Laurence Vaucher et du conseiller communal Jean-Nat. Karakash.

 

 
  Christelle Gertsch Macuglia, première citoyenne de la commune Val-de-Travers (présidente du Conseil général) était la marraine alors que Laurent Devenoges était le parrain.

Il était l’auteur de la motion acceptée le 10 décembre 2007 par le Conseil général de Fleurier, qui demandait de réfléchir à la valorisation du patrimoine historique et scientifique.
   
 

C’est cette motion qui est à la source des réalisations liées aux Nobel fleurisans, notamment la voiture-restaurant de RVT-Historique.

 
 
La voiture peut accueillir 52 personnes en places assises (dont 40 places dans la partie restaurant et 12 places dans la partie bar)

Une dizaine de personnes peuvent également rester debout à proximité du bar.

Autres détails et photos sur cette voitures   ici
 
   
 

La voiture SR 5937 circule dans les trains touristiques de RVT-Historique entre Neuchâtel et Fleurier avec un départ de Neuchâtel à 10h00.

 Dates de circulation des trains "tout public"   ici
 

 

 
  Vous pouvez ainsi découvrir en voyageant l’histoire du docteur Charles-Edouard Guillaume.


Au départ de la gare de Fleurier,
la promenade « Fleurier au fil du temps »
vous emmène à la découverte de l’histoire horlogère de la région et à la rencontre des deux prix Nobel fleurisans

 
   
 

La voiture SR 5937 peut également circuler comme train spécial pour des groupes, et ceci tout l'année.  Autres détails  ici

   
 

Cliquer sur les photos pour les agrandir !

 
         
   
 

Sous l'impulsion de Jean-Nat. Karakash, conseil communal, la commune de Val-de-Travers a réalisé la décoration de la voiture, dans le cadre d’une démarche de valorisation de l’identité horlogère de la région.

   
 

La plupart des contenus ont été repris de « Le mètre et la seconde »,
publication produite en 1988 sous la direction de Mme Catherine Cardinal,
conservatrice du Musée international d’horlogerie à La Chaux-de-Fonds.

   
 

Les illustrations ont été fournies par :
la Fondation mémoriale Charles-Edouard Guillaume, à Fleurier,
le Bureau international des poids et mesures, à Sèvres (F),
le Musée international d’horlogerie, à La Chaux-de-Fonds,
le Musée des Beaux-Arts, au Locle,
la société Vaucher Manufacture Fleurier, à Fleurier,
l’Office fédéral de métrologie METAS, à Berne.

Le design a été imaginé par la Haute école d’art et de design, à Genève.

 

 
   
 


Fleurier au fil du temps - Promenade historique

   
 

Offre spéciale avec visite guidée de la promenade historique et repas de midi servi à bord de la voiture restaurant
"Charles-Edouard Guillaume"  
cliquer  ici

   
 
 

Cliquer sur la brochure pour l'agrandir !

 
La brochure "Fleurier au fil du temps - promenade historique (également en allemand et en anglais) contient tous les renseignements. Autres détails  ici

Elle est disponible à la gare de Fleurier, à l'office du tourisme du Val-de-Travers et dans les principaux lieux touristiques de la région.

En voici quelques extraits.
 
   
   
  Le coeur de Fleurier bat au rythme de l'horlogerie. Comment ce hameaux rural est-il devenu un haut lieu de la mesure du temps ? Entre périodes de prospérité et crises ravageuses, vivez l'histoire d'artisans passionnés, dont le savoir-faire est mondialement réputé depuis plus de deux siècles. Au détour d'allées verdoyantes, découvrez des édifices emblématiques de leur temps et laissez-vous imprégner par leur magie ...    Autres détails sur Fleurier   ici
   
   
 

Le village aux deux Nobel

   
 

Cliquer sur le plan pour l'agrandir !

 
 
  Visiter Fleurier, c'est aussi partir à la rencontre de deux éminents chercheurs qui ont contribué à la renommée du lieu :

Charles-Edouard Guillaume, qui obtint le Prix Nobel de physique en 1920, et Daniel Bovet, qui reçut celui de médecine en 1957.
   
 

 

Charles-Edouard Guillaume - prix nobel de physique

   
  Charles-Edouard Guillaume est né le 15 février 1861 à Fleurier, dans une famille d'horlogers. Du temps de sa jeunesse, il voit l'horlogerie se transformer, passant de l'activité artisanale à la production industrielle. Après l'obtention de son doctorat à l'Ecole polytechnique fédérale de Zürich, il devient officier d'artillerie et s'intéresse à la balistique, ainsi qu'à la mécanique.
   
 
En 1883, il est engagé comme physicien au Bureau international des poids et mesures à Sèvres, près de Paris, dans lequel il officiera toute sa vie. La plupart des recherches de Charles-Edouard Guillaume portaient sur la métrologie. Au total, il fit fabriquer et testa plus de 600 alliages, dont certains furent utilisés dans l'horlogerie. Parmi ceux-ci-, l'nvar et l'élinvar allaient permettre aux horlogers de corriger l'irrégularité des garde-temps, causée par les changements de température et l'élasticité variable des métaux utilisés traditionnellement.  
   
  Couronnant l'ensemble de sa carrière, la Prix Nobel de physique lui est attribué le 12 novembre 1920.

Les découvertes de Charles-Edouard Guillaume connurent également d'autres champs d'application, tels que les lampes  à incandescence, ou encore la télévision en couleur. Mort le 13 juin 1938 à Sèvres, il est enterré à Fleurier, où il repose aujourd'hui encore.
   
 

L'invar et l'élinvar

   
 
  L'invar, inventé en 1886, est un alliage de fer et de nickel additionné d'un peu de carbone et de chrome. Il présente un coefficient de dilatation thermique quasiment invariable, d'où son nom. L'avantage de ce métal est de permettre une précision quasiment parfaite des montres en dépit des variations thermiques.

L'élinvar, découvert en 1919, est une alliage  de fer, de nickel, de chrome, de titane, additionné d'un peu d'aluminium, de silicium, de cobalt et de carbone. Comme son nom l'indique, il présente un coefficient d'élasticité quasiment invariable, ce qui en fait un composant idéal pour les spiraux des montres.
   
 

 

Le défi de la croissance

   
  Alors qu'elle avait déjà doublé au cours du siècle précédent, la population du village va plus que quadrupler durant le XIXe siècle pour passer de 800 âmes à près de 3400. Le moteur de cette croissante est évidemment la montre chinoise, mais d'autres industries y contribuent également.
 
Ainsi, le village abritera-t-il une fabrique de gants, une production d'allumettes et de nombreuses distilleries d'absinthe. Quant au secteur touristique, il vit son heure de gloire. En 1900, le village compte pas mois de 10 hôtels pour un total de 400 chambres.

La croissante rapide de la population constitue un défi en termes d'infrastructures collectives. Hôpital, écoles, gare ferroviaire et réseau d'éclairage au gaz feront leur apparition durant la seconde moitié du XIXe siècle. Les quartiers d'habitation se développent très rapidement pour loger des nouveaux arrivants, venus de Suisse et d'ailleurs.
 
   
 

Un village à l'heure chinoise

   
  Le Val-de-Travers était, jusqu'au XXe siècle, l'un des principaux axes traversant l'Europe d'est en ouest. Cela permit à la région de bénéficier de liaisons régulières avec l'extérieur. Cette ouverture au monde a favorisé le goût du voyage des habitants de la région, tout en facilitant l'exportation de la production locale. Et c'est justement d'un voyageur qu'est née la fabuleuse histoire de la montre chinoise.
 
 
  En 1818, à l'âge de 21 ans, Edouard Bovet embarque de Londres pour Canton, en Chine. Le jeune horloger fleurisan emporte avec lui quatre montres de poche, qu'il vend à prix d'or dès son arrivée. Il ouvre ainsi les portes de l'empire à l'horlogerie fleurisanne, sans se douter de l'impact que cela aura pour son village. Le gigantesque marché chinois est très demandeur et de nombreux ateliers fonctionnent à plein régime pour livrer les frères Bovet. Leur succès incitera d'autres maisons à installer leurs bureaux à Shanghai et à Canton...
   
Alors que le village comptait moins de 200 horlogers en 1800, on recense plus de 2000 personnes actives dans le secteur en 1900. Sur la même période, la population fleurisanne passe de 800 habitants à plus de 3300 !
   
 

Les deux font la paire

   
 
Les montres "chinoises" étaient vendues par paires, conformément à la tradition chinoise d'offrir des cadeaux en double exemplaires. La petit histoire apporte, quant à elle, une explication plus prosaïque à ce particularisme culturel : dans un pays dépourvu de clochers et donc de garde-temps de référence, le fait de posséder deux montres permettait, lorsque l'une s'était arrêtée faute d'être remontée, de retrouver l'heure juste grâce à sa jumelle ...  
   
 

   
   

Association RVT-Historique  –   Les Lignières 16  –  2105 Travers (Neuchâtel)  -  Suisse
Tel. 079.563.22.78   ou   032.863.24.07  -  Email : info@rvt-historique.ch
Banque Raiffeisen CH68 8026 1000 0124 2574 0  -   ©  2006-2017  Tous droits réservés